samedi 29 novembre 2008

TWO LOVERS ***

Sorti le : 19/11/08
Réalisateur: James Gray
Avec: Joaquin Phoenix, Gwyneth Paltrow, Vinessa Shaw, Isabella Rossellini...

Léonard, le coeur ravagé par le départ de son ex-fiancée tombe fou amoureux de sa nouvelle voisine, Michelle, amoureuse d'un autre. Mais ses parents préféreraient le voir avec la douce Sandra, fille d'amis à eux, et très sensible à la charmante fragilité du jeune homme.
Troisième film de Joaquin Phoenix sous les commandes de James Gray, on s'impatientait après l'excellent "La nuit nous appartient" de voir la nouvelle oeuvre du duo. A l'image d'un Burton-Depp, d'un Fincher-Pitt ou encore d'un Scorsese-DeNiro/Dicaprio, le cinéaste et l'acteur semblent s'être trouvés pour ne plus se quitter et produire ensemble une collection de petits chefs-d'oeuvres.
Mais les trop grandes espérances se muent souvent en déception. Ici, c'est une semi-déception car le film aurait été une véritable réussite sans un seul petit détail. Petit détail, certes, mais de plus la plus haute importance. S'appuyant sur le thème déjà de multiples fois traité mais toujours intéressant du triangle amoureux, le juste choix des acteurs était crucial, le film reposant entièrement sur les épaules de ses trois principaux protagonistes. L'erreur de casting est ici malheureusement évidente et laisse le spectateur pantois, déçu du manque de saveur d'un film qui promettait l'atteinte du sommet des carrières respectives de Gray et de Phoenix.
L'erreur de casting en question, c'est Gwyneth Paltrow. Loin d'être mauvaise actrice, elle est réellement impliquée dans son rôle de femme, objet de tous les désirs. Mais l'alchimie entre elle et Joaquin Phoenix n'est tout simplement pas au rendez-vous et cela suffit à faire s'effondrer un film jusque-là parfait dans tous ses aspects.
James Gray, peut-être le meilleur réalisateur américain actuel, ne s'est jamais encombré d'une réalisation grandiloquante pour toujours privilégier la mise en scène de ses scénarios teintés d'un réalisme qui résonne comme un écho à nos propres vies.
Il est dommage que cette seule affaire d'alchimie ratée vienne quelque peu gâcher le tout. D'autant qu'il n'y a rien à redire sur le reste du casting. Vinessa Shaw est parfaite et adorable dans la peau de la femme amoureuse, victime sans le savoir d'un Phoenix déchiré entre deux femmes. On adorera également une Isabella Rossellini très touchante dans la peau d'une mère soucieuse du bonheur de son fils meurtri par la vie.
Phoenix, semble moins concerné que dans "La nuit nous appartient", mais il reste à jamais touché par cette mystérieuse grâce qui confère à son jeu, une remarquable intensité. Le voir tiraillé entre coeur et raison, l'emplit d'une grande humanité. Son comportement est très inélégant mais il est impossible de juger un homme dont on a tous partager le sentiment.
Espérons que ces récents propos relatifs à un retrait définitif des plateaux pour se consacrer à la musique ne soit qu'une lubie momentanée.
Au final, "Two Lovers" n'est pas le film tant espéré (la faute non intentionnelle de Paltrow) mais on succombe à l'alliance de la sincère simplicité de Gray et du jeu désarmant de Phoenix.

bande annonce allociné

1 commentaire:

Christian a dit…

Excellent film.. On se prend d'affection pour Leonard... Et puis mine de rien, je trouve que le choix par défaut n'est pas plus mal..
Et si c'est lui qui avait raison.. Et si le bonheur des autres suffisait à notre bonheur..