vendredi 20 juin 2008

WALL-E **** (en avant-première)


Sortie : 30 juillet 2008
De : Andrew Stanton

Finis les 2D tant attendus pour les fêtes de Noël, Disney semble définitivement s'être entiché de Pixar afin de dépoussiérer les films destinés à un jeune public. Après Le monde de Nemo et 1001 pattes, Andrew Stanton revient avec Wall-EVoilà 700 ans que les habitants de la planète bleue l'ont déserté afin de survivre. Seul y est resté un petit robot nommé Wall-E dont la mission est de la nettoyer. Mais bientôt sa vie quotidienne rythmée par ses tâches ménagères est bouleversée par l'arrivée d'une petite "robote" nommée Eve venue explorer la Terre. Il en tombe immédiatement amoureux et la suit jusqu'aux confins de l'univers à ses risques et périls.
A l'instar d'un film muet (Wall-E et Eve ne pouvant communiquer par petits sons et autres divers bruits électroniques), tout se passe par la palette d'expressions des deux personnages. Le film est à ce niveau parfaitement maîtrisé, la qualité du traitement reservé à l'image est telle qu'on oublierait presque que ce ne sont que deux petits robots sortis de l'imaginaire des créateurs. Il faudrait être un coeur de pierre pour ne craquer pour cet adorable petit robot qui se sent si seul. Si seul que quand survient une "robote", Wall-E craque immédiatement. S'ensuit alors une série de sketchs très drôles où notre vilain petit canard fait tout pour séduire sa dulcinée. Une fois propulsé dans l'espace à la poursuite de sa belle, Wall-E connaît une suite d'aventures à travers laquelle il rencontre quelques humains qui vivent désormais sur une base spatiale. Des hommes et des femmes qui 700 ans après le départ de leurs ancêtres de la Terre ont totalement oublié ce que la vie de ces derniers avait pu être. Complètement abrutis par les nouvelles technologies et devenus obèses à force de junk-food, l'espèce humaine n'est plus que l'ombre d'elle-même. Wall-E dans cette seconde partie continue d'être aussi drôle surtout que les rôles s'inversent entre Wall-E et Eve mais le film se fait également plus moralisateur. Ici, la leçon est écologique mais fort heureusement on est loin de la lourdeur d'un Phénomènes ou d'un raisonnement technique à la 25ème heure. Wall-E nous fait aimer notre planète et nous donne envie de la préserver car il rappelle l'immensité de sa beauté. Disney et Pixar ne retournent pas la nature contre nous tel un mauvais film fantastique mais délivre un message écolo à travers les yeux amoureux d'un petit robot dont le public n'est pas prêt de se lasser. Wall-E qui multiplie les clins d'oeil (E.T., 2001, L'Odyssée de l'espace) et des images de synthèse sidérantes de réalisme fendra tous les coeurs. 

2 commentaires:

Cécile a dit…

j'ai moyennement aimé pour ma part, j'ai trouvé que les 30premieres minutes étaient assez longues...Wall-E seul, a ranger des déchets...

Mais d'un autre côté c assez poétique, et son rapport à sa cassette video d'un vieu film (pour le coup tres tres vieu) des année 1950 je pense, est assez touchant. Il n'a surement pas vraiment connu les humains, et est resté scotché à ses images de comédie musicale/bonheur que l'on ne trouve que à deux et en musique.

Il y a quelque chose que j'ai trouvé assez interessant dans ce film également c le rapport au reel/virtuel. je m'explique; si l'n regarde bien, les images des humains de -700ans avant l'action du film, sont des humains (comm ds son pti film) en images réel, et comme on le voit dans les portraits des commandants de bords du navire ou sont les humains, peu a peu, les humains se dématérialise en personnage virtuel en plus de perdre en masse osseuse et de gagner en graisse (mais ca c une autre histoire lol)

Tout ca pour dire, que en plus d'une critique de notre société actuelle sur l'écologie, et le chaos dans lequel on mene notre jolie planete bleue, on se dématérialise egalement, et ont devient de plus en plus dépendant a la machine/technique, juska vivre dans des univers virtuel, en n'oubliant que les autres existent egalement, et que la 'vrai' vie, est beaucoup plus riche en émotions.

C un film qui comme tu le dis est tres touchant, et les effets spéciaux sont vraiment bleuffant. On a l'impression qu'on pourrait vraiment sentir la texture dont est faite eva. c dire!
Je maintiens néanmoins que le court métrage qui précède wall e, est quand mem une perle, c hillarant, pour repondre ton expression. j'ai A.D.O.R.E!
vive pixar dans tout les cas...bon jvais m coucher, jdi k d bétises sinon :D
bisous

Lydia a dit…

Interesting to know.